27_-compressor.jpg
Kutch_Brown-compressor.png

CHAPITRE I . TEXTILES IMPRIMÉS

Ajrakh Block Print

Ajrakh: les somptueux textiles de Sindh et du district de Kutch.

IL ETAIT UNE FOIS...

...un roi du Sindh (de nos jours une région du Pakistan) qui avait pour habitude de dormir chaque jour sur de nouveaux draps. Un jour, alors qu’un de ses serviteurs s’apprêtait à changer les draps, le roi lui dit : "Aaj Rakh" ("laisses-les aujourd’hui"). Les draps étaient faits-main d’un tissu de block print qui sera par la suite nommé Ajrakh, le somptueux textile de Sindh et de Kutch (Gujarat, Inde).

De nos jours, pour les imprimeurs locaux de la région de Kutch, Ajrakh signifie "gardes-le aujourd’hui". Le mot Ajrakh peut aussi s’apparenter à "Azrakh" qui signifie "bleu" en arabe ou bien encore au mot sanskrit "A-jharat" qui signifie "qui ne décolore pas".

Au 16ème siècle, Ajrakh fut introduit à Dhamadka, un village proche du cours d’eau salé de Saran - particulièrement adapté pour teindre des tissus Ajrakh. Le lit de cette rivière était également une source naturelle d’alun, un ingrédient crucial pour la teinture des textiles.

Dans les années 1940, les couleurs chimiques éclatantes ainsi que les textiles synthétiques ont envahi le marché, interrompant l’impression Ajrakh durant un certain temps. Puis, au cours des années 1960, cet artisanat connu à nouveau une vitalité grâce aux artisans locaux et aux efforts de certains patrons.

LES MAÎTRES AJRAKH : LA COMMUNAUTÉ KHATRI

Avant le tremblement de terre dévastateur qui toucha la région du Gujarat en 2001, la communauté Khatri pratiquait l’impression Ajrakh au sein du village de Dhamadka dans le district de Kutch. Le gouvernement ainsi que les ONG ont déplacé les artisans, suite au désastre, dans le village quasi-neuf de Ajrakhpur, créé en commémoration de l’impression Ajrakh et de ses artisans illustres. La communauté Khatri est non seulement réputée dans le Gujarat pour leur utilisation de la technique d’impression Ajrakh mais également pour son savoir-faire dans les domaines du "tie and dye" ou du Bandhani.

Cependant, ce sont particulièrement les familles Khatri résidants à Ajrakhpur au Gujarat qui sont réputés pour leur ingéniosité d’utilisation de l’impression Ajrakh. Celles-ci perpétuent de nos jours les techniques traditionnelles de leurs ancêtres. Actuellement, les maîtres de la production Ajrakh de la communauté Khatri instruisent les membres de la communauté musulmane Harijan au travail de l’impression sur tissu Ajrakh. Cela garantie que l’art de l’impression Ajrakh ne disparaisse pas des générations futures. De plus, cela démontre la versatilité des artisans traditionnels indiens ainsi que l’intégration des techniques de travail du tissu traditionnels par la mode contemporaine.

De nombreuses initiatives gouvernementales et non-gouvernementales perpétuent la conservation et la subsistance des traditions d’impression Ajrakh et du mode de vies des artisans qui en font usage.

L’IMPORTANCE DE L’EAU

La qualité de l’eau joue un role vital dans le processus d’impression Ajrakh. Le tremblement de terre de Bhuj, en 2001, a entrainé des modifications de l’environnement: la quantité de fer dans l’eau de la rivière de Saran a augmenté de manière significative, la rendant inadapté aux exigences de l’impression Ajrakh.

La moitié des artisans de Dhamadka ont décidé de migrer vers un nouveau village qu’ils ont nommé Ajrakhpur - un exemple typique de reconstruction de vie à partir de simple poussière. Un système de récolte d’eau de pluie a été construit dans le village, ce qui indique bien l’importance de la durabilité comme enjeu lors de l’implantation du village.

LES MOTIFS ISLAMIQUES DE COULEURS NATURELLES

À Kutch, les Rabaris, Maldharis et Ahirs sont les nomades pastoraux et les communautés agricoles qui portent le turban, des étoles, des lungies etc... d’impression Ajrakh. Les motifs sont d’une géométrie complexe et sont la plupart du temps inspirés de l’architecture islamique.

Les couleurs de l’Ajrakh sont furtives et uniformes - après un long travail qui requiert de la haute concentration, durant lequel le tissu est lavé, teinté, imprimé et séché durant 16 principales étapes - et toutes issues de ressources naturelles telles que: les graines de grenade, la gomme, la poudre de harde, le bois, la farine de Kachika et de Dhavadi, l’alizarine et les cultures locales d’Indigo. Le jaggery et la farine de gram sont utilisés pour les dessins noirs, l’alun et le tamarin pour le rouge.

La couleur bleu symbolise le ciel, le rouge le coucher de soleil, le noir représente la nuit et le formes géométriques blanches désigne une nuit étoilée.

LE PROCESSUS

Le temps et la patience sont les qualités requises pour l’impression d’un Ajrakh.

Premièrement, les imprimeurs déchirent un textile brut en parties de 9 mètres de long, les lavent pour retirer l’amidon, la cire et les impuretés pour ensuite les teindre avec du myrobalan.

Ensuite, les artisans sélectionnent un bloc de bois sculpté de motifs traditionnels qui peuvent parfois être âgés d’une centaine d’années. Le bloc est enduit de chaux et de gomme d’acacia (qui font objet de resistance) et sont délicatement appliqués sur le tissu à interval régulier - la couleur n’est pas requise et le noir est utilisé pour les grandes lignes.

Le procédé continue en sélectionnant et en enduisant les blocs de teinture, les alignants avec les impressions précédentes, et en les applicants doucement sur le tissu. Le tissu est rincé puis séché au soleil après chaque impression de couleur.

Une fois l’impression terminée, le tissu est à nouveau lavé, re-teinté avec des couleurs naturelles et remit au soleil pour sécher.

11-med-compressor.jpg
22-compressor.jpg

1.

Fabrication des blocs: Les motifs sont sculptés sur le bloc de bois.

25-compressor.jpg

4.

Le tissu est ensuite lavé...

23-compressor.jpg

2.

Impression des motifs sur le textile.

26-compressor.jpg

5.

...et séché au soleil.

24-compressor.jpg

3.

Le textile imprimé est teint.

Ce processus est répété 16 fois !

Vidéo par Sita

AJRAKH BLOCKPRINT

Boutique